AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Andreas Kraniotakes se confie à France Fight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Incredible
French Heavyweight


Power : 1135
Age : 35

MessageSujet: Andreas Kraniotakes se confie à France Fight   Lun 27 Mai 2013 - 11:53

Andreas KRANIOTAKES (15/6/1) est le meilleur poids lourd allemand au classement www.groundandpound.de Samedi 1er juin, il a ffronte le français Bruno HOSIER (4/2) lors du main event du Gladiator FC 2. IL nous fait l'amitié de répondre à nos questions, revenant sur ce combat et sa carrière.

Salut Andreas et déjà, merci infiniment de prendre du temps pour répondre à nos questions. Nous sommes ravis, à France Fight, de pouvoir échanger avec toi. Avant toute chose, pourrais-tu brièvement te présenter à nos internautes et nous dire ce qui t’a conduit au MMA aujourd’hui ?

En fait j’ai démarré en faisant du judo quand j’avais 14 ans. Je n’étais pas vraiment sportif dans ma jeunesse et le judo était peut-être le seul sport où je n’étais pas nul. Alors j’ai poursuivi. Après 8 ans, je me suis mis au Wing Tsung et au kickboxing pour terminer avec le MMA. C’est là que je suis aujourd’hui et je ne vais nulle part ailleurs.

Peux-tu nous dire où tu t’entraines?

Je partage mes entrainements entre différentes salles. Je passe beaucoup de temps dans le sud de l’Allemagne, au Planet Eater de Peter Sobotta. Nous sommes de proches amis et il m’aide énormément. Je m’entraine aussi à l’Aschaffenburg’s Arena à Cologne. Et je voyage aussi pas mal.

San Diego, il me semble?

Oui, San Diego est devenu ma deuxième maison. Le niveau des entraineurs et des partenaires d’entrainement est incomparable et j’adore la façon de vivre là-bas ! Spécialement à Victory MMA et Alliance MMA. C’est là que je passe le plus clair de mon temps.

Tu es le numéro 1 des poids lourds en Allemagne. Qu’est-ce que ce statut signifie pour toi ?

Le chemin a été long pour y parvenir quand je repense à mes débuts. Mais je crois que cela ne devrait pas être l’objectif ultime. Je veux être classé en Europe et aussi mondialement, et assez vite si possible.

Tu dois affronter le français Bruno Hosier ce week-end. Que sais-tu de lui ?

Honnêtement pas grand-chose. Je sais qu’il est plus ou moins originaire du Canada et qu’il préfère cogner. Alors ça m’a tout l’air d’être un bon combat pour moi.

Est-ce le premier français que tu affrontes?

Non, j’ai affronté Kevin Pohie lors de l’un de mes tous premiers combats. Il était solide et talentueux. Je crois qu’il a eu un accident sur la route avant le gala et il a quand-même combattu. C’est vraiment un bon combattant de chez vous.

Que sais-tu du MMA en France?


Je n’en sais pas autant que je le devrais. Je sais qu’aujourd’hui le MMA y est toujours interdit. Nous avons aussi des soucis en Allemagne mais rendre ce sport illégal est tout bonnement idiot. Je crois aussi que la plupart des combattants français sont bien meilleurs que ce que laisse supposer leur record. Ils sont nombreux à combattre dans des organisations qui ne sont pas référencées professionnellement. Ils ont beaucoup d’expérience, ce qui rend les combats contre eux très difficiles.

Je sais que tu dois aussi combattre en juillet, encore en Allemagne. De quoi s’agit-il ?

Ce sera aussi pour un titre. Au GMC. J’affronte Dritan Barjamaj, un autrichien. J’adore combattre pour des ceintures. Mon salon a bien besoin d’un peu de décoration en ce moment.

Dernièrement, tu as affronté Ricco Rodriguez. Tu as aussi combattu Tim Sylvia. Ces deux là sont des vétérans de l’UFC. Etait-ce une bonne expérience et comment ce genre de combats t’aide-t-il à progresser ?

Ce sont en effet deux anciens combattants de l’UFC. Affronter de tels gars te rend toujours plus fort. J’ai beaucoup appris de ces affrontements et je compte bien battre le prochain ancien de l’UFC que je rencontrerai.

Tu as également combattu au Cage Warriors (3/1). Comment cela se fait-il qu’on ne t’y voie plus ?

Je pense qu’il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, ils n’ont pas beaucoup de poids lourds. J’ai en plus battu la plupart de leur contingent anglais. Ce qui rend les choses difficiles pour eux de me vendre. Ils ont besoin de me mettre contre des gars d’autres pays alors qu’ils font automatiquement des combats avec un combattant britannique ou du pays hôte. Le Cage Warriors est mon gala préféré en Europe et j’espère bien y recombattre pour le titre bientôt, de nouveau. J’essaie de tout faire en sorte pour y parvenir.

Le numéro 2 allemand est Bjoern Schmioedeberg. Tu as perdu contre lui il y a quelques années et tu l’as de nouveau affronté cette année, le combat se concluant sur un nul. J’ai vu ce fight et franchement je t’aurais donné la décision. Comment l’as-tu vécu ?

Ce fut le pire jour de ma carrière. Je ne voulais pas de ce combat mais les gens ont tellement insisté. J’ai eu du mal à me motiver. J’ai le sentiment d’avoir gagné ce combat mais les juges ont décidé d’en faire un match nul. C’était une erreur en bien des points. Mais en tant que combattant, tu n’as pas 36 options. Tu dois faire en sorte de ne laisser aucune place pour la spéculation. Mais bon, il affronte un gars avec un record de 0/1/0 et moi je combats pour le titre. Tu en penses quoi?

Oui, je comprends bien. D’où vient ton surnom Big Daddy?

Ce sont mes amis, quand j’étais plus jeune, qui me l’ont donné. J’étais toujours celui qui ramenait tout le monde quand on sortait. Je les regardais s’amuser alors que je restais très soft. Je suis celui que tu peux venir voir pour parler si ta copine vient de te larguer aussi. C’est comme ça qu’on m’a surnommé Big Daddy.

Tu partages beaucoup de choses avec tes fans, notamment des vidéos et blogs, tant sur FB que sur twitter. Communiquer avec tes fans est important pour toi ?

Quand j’ai commencé le MMA, je n’aurais jamais pensé que quelqu’un serait fan de moi. Mais au fil des ans, le nombre de gens qui me suivent a augmenté et j’ai tellement de retours positifs et de bonnes ondes de leur part que je veux leur rendre ce qu’ils me donnent. Je pense que le meilleur moyen de les remercier est de partager des bouts de ma vie avec eux. Et ils appréceint vraiment alors je continue.

Quels sont tes objectifs avec cet outil de communication?

Mon but est d’être celui que j’ai toujours voulu être quand j’ai démarré ma carrière professionnelle : un type accessible qui combat professionnellement. Je veux être ce gars à qui tu peux envoyer un mail et demander des conseils sur le tapis et qui prendra le temps de te répondre. J’essaie de donner aux gens le sentiment qu’ils sont importants. Et ils le sont!

Y a t-il un combattant que tu aimerais affronter un jour?

N’importe quel lourd de l’UFC et Andrei Arlovski.

C’est une habitude sur notre site, nous laissons à notre interviewé les derniers mots. Merci encore pour le temps que tu nous as accordés.

Merci beaucoup de m’avoir sollicité. Je suis vraiment heureux d’avoir pu faire une interview pour un site français. J’espère que vous allez poursuivre votre combat pour le meilleur sport au monde et je souhaite que le MMA soit bientôt légalisé en France. Namaste.

http://francefight.fr/nouvelles-1314.html
Revenir en haut Aller en bas
http://alnmx3.skyrock.com/
 
Andreas Kraniotakes se confie à France Fight
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vieille video de skate / fight dont j'ai perdu le nom
» Confie pour l'élevage Kiss me des loubes PFS
» Free Fight
» Confie jument de cso
» confie jument pur sang arabe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
France Fight :: MMA News :: News & Interviews-
Sauter vers: