AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entrevue avec Cheick Kongo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lud
Le Grand Frère


Power : 2905
Age : 40

MessageSujet: Entrevue avec Cheick Kongo   Jeu 22 Mar 2007 - 20:13



Voici un interview de Cheick Kongo réalisée par Wanderlud pour www.FightLife.fr et www.PrideOrDie.com deux mois avant son combat face à Mirko "Cro Cop" à Londre pour l'UFC75.

Wanderlud: Salut Cheick, tout d’abord félicitations pour ta dernière victoire à l’UFC, ça date un peu maintenant, mais elle est encore dans nos esprits.

Cheick Kongo: Merci à toi et merci à tous ceux qui me soutiennent.

WL: Comment es-tu devenu combattant de MMA ?

C.K: Je faisais du Penchak Silat avec Charles Joussot .Puis j’ai rencontré Daniel Quoniam qui était ami avec Joussot. Il nous a sollicités pour venir dans ses cours de Pancrace. Il y avait des similitudes avec le travail au sol que je faisais au Penchak et j’ai donc commencé à m’intéresser à ce sport. C’était un retour aux sources pour moi, mélanger toutes les distances de combat.
Je continuais néanmoins en Muay Thaï et l’idée de combattre en MMA est un peu partie en quelques sortes d'un pari avec les copains. J’ai donc voulu essayé et j’ai fait 5 combats amateurs qui se sont bien passés. J’ai donc décidé de m’y lancer.

WL: Pourquoi avoir choisit la Hollande pour tes débuts ?

C.K: A l’époque, en 2001 la Rings a commencée à s’intéresser à moi vu mes performances dans mes combats en amateur, tout comme le Pride pour combattre Gilbert Yvel, mais cela ne s’est pas fait. J’ai donc commencé à combattre à la Rings qui était très présente au Japon, en Russie et en Hollande.
Mon parcours à la Rings s’est pas mal passé, après avoir battu tous les hollandais qu’ils me présentaient, le combat contre Yvel est enfin venu. Auparavant, j’avais fait une légère intoxication alimentaire, j’avais pris pas mal de médicaments. J’ai fait un bon début de combat je pense face à la star locale. Puis d’un seul coup, plus de force, plus rien, j’étais sur le ventre et ne pouvais plus réagir. Je n’avais sans doute pas assez récupéré de mes petits soucis de santé. Une vraie déception pour moi, je contrôlais assez bien le combat et puis plus rien. J’aimerais que l’on se rencontre à nouveau, le résultat serait sûrement différent.



WL: Et ta venue à l’UFC ?

C.K: A cette époque, je me focalisais plus sur le Muay Thaï, je ne m’entraînais pratiquement plus en MMA. J’étais en voyage aux Etats-Unis pour mon anniversaire et un ami m’a demandé pourquoi avec mon palmarès en Thaï et en MMA je ne combattais pas dans une plus grosse organisation. Je lui ai bien évidemment dit que cela m’intéresserait, j’ai alors pu rencontrer ses contacts. Ensuite, ils m’ont proposé de faire mes débuts à l’UFC et j’ai dit banco évidemment .

WL: Comment as-tu vécu ton premier combat à l’UFC face à Gilbert Aldana ?

C.K: Je venais seulement de reprendre l’entraînement en MMA que peu de temps avant. Dès le début du combat, j’ai été surpris. J’ai su que je ne pouvais pas le contenir physiquement. Il était plus puissant que moi, je n’ai pas pu résister à l’amenée au sol. Mais cela ne m’empêchait pas de travailler et de frapper dès que l’occasion se présentait. J’essayais de le toucher avec les coudes et de maintenir une pression pour le fatiguer un peu. Puis j’ai pris confiance et réussi à le renverser. Je l’ai ensuite boxé, je balançais tout: coudes, genoux….et j’ai gagné…..



WL: Pour Wellish et Marrero…

C.K: Pour Wellish, je ne craignais pas d’aller au sol. Je m’étais entraîné pour ça contrairement au premier combat. C’est pour cela que pour sa première tentative d’amenée au sol, je n’ai pas essayé de résister. Au sol , j’ai vu que je pouvais le travailler pour le fatiguer. Mon but était de le retourner pour ensuite faire parler ma boxe. Tout s’est bien passé et j’ai pu abréger le combat assez rapidement.
Pour Carmello Marrero, je suis assez déçu du résultat mais c’est la vie. Je m’étais fait une déchirure du ligament, je combattais sur une seule jambe. Je pense avoir fait malgré cela un bon combat, je défendais assez bien et plaçais de bonnes attaques, malheureusement je ne pouvais pas le sprawler. J’ai perdu par décision partagée, je ne sais pas si c’est juste ou pas, le fait qu’il soit américain a peut être pesé sur la balance. Mais bon, je suis assez content de ma performance.



WL: Et pour ton dernier combat , tu bats Assuerio Silva…

C.K: Malgré des soucis personnels, j’ai pu faire une bonne préparation (malgré le fait qu’un scooter me soit rentré dedans alors que je marchais tranquillement ,rires). J’avais à nouveau beaucoup travaillé le sol et ma boxe. Malheureusement le jour du combat, le matin pour être précis, il s’est passé quelque chose d’étrange. Après m’être restauré le matin, j’ai commencé par me sentir ballonné. Je me sentais de plus en plus mal, je n’avais plus d’énergie. Je fais toujours des tests avant et après mes combats, et il s’est avéré que quelque chose n’était pas normal. Comme si on avait ajouté des trucs dans ma nourriture. Ensuite, je n’ai pas pu m’entraîner de la journée, je n’ai pas pu m’échauffer, pas de pattes d’ours etc … J’étais complètement vidé physiquement, et en face, c’était pas n’importe qui, j’y suis allé pratiquement qu’au mental.
Pendant le combat, je sentais mon énergie disparaître dès que je voulais accélérer, Assuerio voulait aller au sol, quand il m’attrapait pour me slamer, je faisais surtout attention de ne pas mal tomber. Mais le fait d’aller au sol ne m’inquiétait pas plus que ça, j’en profitais aussi pour me reposer. Je voulais vraiment le faire tomber debout, mais je n’en avais pas l’énergie. Sans prétention, j’avais beaucoup mieux à faire, j’ai gagné mais j’aurai tellement voulu donner plus. J’ai donné le meilleur de ce je pouvais à ce moment là.



WL: Quels sont tes loisirs en dehors du MMA ?

C.K: Dès que je le peux, je profite pour faire des voyages. J’adore voyager, découvrir de nouvelles choses. Je prends le temps de prendre soin de ma famille et de mes proches. J’ai repris la photographie également, c’est une de mes passions.
Sinon en France, avec un ami on travaille avec des associations caritatives pour les déshérités. Je n’en parle pas souvent mais cela me tient vraiment à cœur. Je profite aussi dès que je peux pour me reposer.

WL: Pratiques-tu d’autres sports que la Boxe Thaï et le MMA ?

C.K: Je fais énormément de vélo, j’en fais évidemment pour mon entraînement mais aussi pour mon plaisir personnel. Je fais pas mal de varappe aussi, des sensations magnifiques. J’ai beaucoup fait de sauts en parachute aussi, ça fait un moment que je n’en ai pas fait.

WL: Comment es-tu perçu aux USA ?

C.K: Ca se passe très bien, le fait que je sois français ne leur pose pas de problème. Le public là bas demande simplement que tu sois courageux dans la cage. Ceux qui ne connaissent pas le MMA me prennent pour un mannequin.



WL: Et avec les autres combattants ?

C.K: Je m’entends bien avec pratiquement tous les combattants. Dernièrement avec tous ceux qui entouraient Rampage, l’ambiance était très cool. J’ai de bonnes relations sinon avec Babalu, Lister et Diego Sanchez par exemple. Il y a quelques exceptions, comme Hugues par exemple. Ce mec vient sûrement du fond des Etats Unis et ne cherche pas à connaître autre chose, il te toise, ne te dis pas bonjour quand il te rencontre. La dernière fois je l’ai gratifié de quelques noms d’oiseaux en français avec le sourire (rires) tellement il était antipathique. Tim Sylvia a un peu ce style de caractère, mais est plus ouvert, il est assez sympa finalement.

WL: Les rumeurs du moment parlent d’un combat contre Crocop en septembre (cette question date de fin mai).

C.K: Ce n’est pas une rumeur, je combattrai Crocop en septembre si tout se passe bien.

WL: Que penses-tu de Crocop et comment vas-tu le combattre ?

C.K: Dans son dernier combat, Gonzaga a fait un très beau combat, super game plan. Je ne sais pas si Crocop l’avait sous estimé ou pris ce combat comme une formalité. Il ne fera pas les mêmes erreurs pour son retour, je devrai sûrement faire face à un chien enragé je pense (rires).
Je ne me prends pas la tête, je prends ce combat comme une étape, comme un combat de plus. Bien sur c’est Crocop, mais c’est comme dans chaque combat de toutes façons, tout le monde est potentiellement dangereux. Je vais me préparer en conséquence. Je vais le boxer je pense, j’ai envie d’échanger avec lui. Je veux le boxer car j’ai envie de lui faire mal. Je veux le voir grimacer comme il l’a déjà fait dans certains de ces précédents combats. Je veux lui faire mal comme quand il maltraite ses adversaires. Bien sûr il a du répondant et encaisse bien, ça ne sera pas évident je le sais (rires).
Jusqu’à présent dans chacun de mes combats, j’ai combattu de façons différentes, là, je vais vraiment me lâcher. J’espère être à 100% de mes capacités, car je veux vraiment faire une belle prestation pour le public. Tout le monde peut tomber, lui comme moi (rires). Je promets à tous mes fans et à tous ceux qui me suivent que je vais me donner à fond.


Dernière édition par le Mar 30 Oct 2007 - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lud
Le Grand Frère


Power : 2905
Age : 40

MessageSujet: Re: Entrevue avec Cheick Kongo   Jeu 22 Mar 2007 - 21:22



WL: Beaucoup de personnes pensent que tu dois encore plus travailler ton sol ?

C.K: Je travaille de plus en plus le sol, je progresse rapidement, je le fais pour moi, je n’ai rien à prouver. Ceux qui me connaissent ou qui ont travaillé avec moi savent que mon sol n’est pas mauvais. Je ne fais évidemment pas partie des meilleurs mais je pense que l’on me sous estime sur ce point.
Je suis resté dernièrement aux USA, car on m’avait demandé de participer à la préparation de Quinton Jackson pour son combat contre Liddell. Il voulait perfectionner sa partie pieds-poings et j’en ai profité pour bosser le sol avec eux. Ils étaient agréablement surpris par mon niveau au sol, ce qui fait plaisir, et m’ont même conseillé de chercher plus le sol pour mes combats. Je dois donc pas être si mauvais que ça. Mais finalement ça m’arrange que l’on me sous-estime.



WL: Avec le rachat du Pride par Zuffa, beaucoup de combattants de ta catégorie vont faire leur apparition à l’ufc, comme Nogueira par exemple.

C.K: Nog peut venir même si il a la tête dure comme du charbon (rires). Peu importe qui vient dans la catégorie, je prends chaque combat comme une étape. Mais s’ils pensent qu’ils vont balayer les combattants déjà présents de l’UFC sans problèmes, je leur souhaite bon courage.
Certains vont tomber de haut, car combattre à l’UFC est différent, la cage, les règles et les contrôles anti-dopage. Certains ne pourront pas combattre chargés comme au Japon. Je ne dis pas qu’ils le sont tous, mais je pense que dans les catégories assez lourdes, pas mal de combattants le faisaient. Ils vont devoir redevenir des combattants «normaux», et la donne pourrait ne pas être la même.
On a tellement entendu que le Pride était plus fort que l’UFC, je trouve cela absurde, on ne peut pas généraliser. Comme les classement par catégorie, je ne pourrais même pas dire où je me situe dans la hiérarchie. Je prends les combats que l’on me donne , et je fais tout pour les gagner tout simplement.

WL: Et la situation du Pride ?

C.K: Je pense que le Pride est mort, ils sont en train de se faire piller tous les meilleurs combattants. Il y aura sûrement d’autres évènements mais pas comme dans le passé. Je pense que le Pride disparaîtra ou deviendra une organisation de seconde zone, rien à voir avec le passé.



WL: Que penses-tu des bons résultats obtenus par les français dernièrement dans le MMA ?

C.K: De très belles performances de la part des français en ce moment, le MMA français commence à être reconnu malgré le retard que nous avions. Les combattants français sont des plus méritants, car en France on ne se donne pas vraiment les moyens, alors qu’il y a un potentiel énorme. Chapeau les mecs.

WL: Dans une interview sur GnP, tes propos sur le légalisation du MMA en France n’ont pas plu à certains….

C.K: Les gens qui disent que tout va bien sont des hypocrites, il n’y a pas assez d’encadrement, tout le monde se tire dans les pattes. Chacun veut avoir sa part du gâteau, et au lieu d’une unité qui nous rendrait plus forts, faut se bagarrer encore plus. Des 4 coins de la France, il y a des rivalités excessives qui font freiner le truc. Tu regardes dans d’autres pays, et ils sont tous derrière leurs combattants, au Brésil, aux US etc … Le MMA est encore très confidentiel en France, et pourtant les gens ne sont pas tous unis derrière leur combattants. Je ne met pas tous les fans de MMA dans le même sac, mais certains préfèrent te cracher dessus plutôt que de t’encourager. Les français font de belles performances en ce moment, j’espère que tous auront le soutien qu’ils méritent.
Moi j’ai décidé de faire mon truc de mon coté sans rien demander à personne, et on me reproche aussi d’être en retrait. C’est pour cela que j’avais répondu que je me moquais de la légalisation du MMA en France, je ne me sens pas concerné par rapport à cela. J’ai beaucoup bossé pour arriver là où je suis, je n’ai rien demandé à personne, je n’ai brûlé la politesse à personne, le fruit de mon travail paye et j’en suis heureux.

WL: As-tu été contacté pour l’IFL, dont le leader de l'équipe françaie serait Jérome Lebanner je crois?

C.K: Non, personne ne m’a contacté et cela ne m’intéresse pas. C’est pas Midoux qui s’en occupe? Celui qui change de nationalité comme de chemise...
Non pas d’IFL pour moi, je continue à faire mon truc à l’UFC. Je ferai 2 ou 3 extras et ensuite j’arrêterai peut-être. Le K1 me veut depuis mes débuts à l’UFC, je ne leur ferme pas la porte pour le futur. Comme je te l’ai dit, je pense que je n’ai rien à prouver, je pense que j’ai beaucoup donné, et tout ce qui m’importe c’est essayer d’offrir de belles prestations .



WL: Changeons radicalement de sujet. Que s’est–il passé avec Quarteron ?

C.K: Il est venu faire son cinéma, on a pas la même vision des choses lui et moi. Malgré tout le mépris qu’il peut avoir pour moi, il n’avait pas à ma parler comme cela. Il balance que je me prends pour un américain, mais il croit quoi, que j’ai grandi avec une cuillère d’argent dans la bouche. Il ne sait pas où j’ai grandi. Par contre oui, je fais tout pour gagner de l’argent, il faut que je pense à mon avenir .
Il me manque de respect, ainsi qu’à d’autres d’ailleurs, maintenant c’est moi qui ne vais plus le respecter. Je lui casserai la gueule à ce gros bât... . Il croit qu’en ouvrant sa gueule, un combat face à moi ou Lebanner va se faire . Quand il prouvera que c’est un grand champion et qu’il se retrouvera face à moi, je lui casserai la gueule. Pour l’instant, qu’il continue à bosser et qu’il se mette une muselière.
S’il veut boxer les meilleurs, qu’il fasse le tour du monde pour gagner des ceintures. Là, c’est du vent qu’il nous propose. Qu’il fasse le ménage en France aussi dans la catégorie. Il a combattu et perdu face à Tony Grégory et il me veut moi ou Lebanner. Pas de méprise pour Grégory, je ne le connais pas personnellement, c’est pour moi un grand combattant qui a tout mon respect.
Le plus drôle ce soir là, je regardais ensuite le combat Farid Khider contre Attachai je crois. Et il envoie un mec pour me dire qu’il voulait me voir pour s’excuser. Déjà pour la soirée c’était une grosse erreur, il ne faut pas s’amuser à vouloir faire son show quand on ne peut prévoir la réaction du public . Je ne sais pas si c’était son idée ou celle des organisateurs, mais elle n’était pas terrible.
Je préfère en général rester discret, je fais mes trucs sans rien demander à personne et sans nuire à personne, mais si on me provoque de cette façon, je peux aussi devenir méchant. A partir de maintenant, je ne le respecterai plus jamais, que l’on se croise dans la rue ou sur un ring, je lui démolirai sa tête. Aucun respect pour lui et pour tous ceux qui le soutiennent dans sa démarche, ils se reconnaîtront, je les mets dans le même sac .



WL: J’ai entendu dire que tu allais créer la Team Cheick Kongo. Est-ce vrai ? Si oui, peux-tu nous en parler ?

C.K: Oui mais je ne préfère pas trop donner de détails pour le moment, rien n’est encore fait.

WL: Pour terminer, je te propose un petit who’s who .

Anderson Silva : Super sympa, fin technicien.
Aurélien Duarte : Le professionnel.
Cyrille Diabate : La tour d’Ivoire.
Quinton Jackson : Un frangin.
Jérome Lebanner : La locomotive.
Shogun : Passe partout, il retourne chaque situation en sa faveur.
Couture : Bientôt à la casse (rires).
Denis Kang : Un ovni (très surprenant).
Dana White : Le renard.
Fedor : L’Empereur bientôt déchu ,si j’arrive à lui péter les dents (rires) .
Cheick Kongo : La ceinture.

WL: Un dernier mot pour conclure……

C.K: Merci à vous chers(es) fans de me donner du piment qui me permettra de relever l'épreuve face à Crocop. Franchement, je n’attendais pas autant de soutient, je suis fier et honoré de vous représenter ( francais(es) et africains(es)). CONGO je t'aime en dépit des souffrances de notre AFRIQUE.
Restons tous unis quelques soient nos différences, ca à l'air de rien, mais il y a plus de fierté et de force lorsque l'on se sent soutenu.
Sincèrement merci à tous et bientôt la ceinture si dieu le veut...
Revenir en haut Aller en bas
 
Entrevue avec Cheick Kongo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cheick Kongo
» voici l'entrevue de Halak
» Entrevue de Carl Fleury
» Entrevue avec Alex Montminy #18 Sportsman QC
» stage de MMa avec cheick congo inédit sur cannes.(06)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
France Fight :: MMA News :: News & Interviews-
Sauter vers: