AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Genèse du MMA, la Rings et Maeda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gryshka



Power : 11
Age : 33

MessageSujet: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mer 9 Avr 2008 - 11:59

Source et Vo : http://boutreviewusa.com/Columns/02maeda01.html

Remerciements à: Shu Hirata, Yoshinori IHARA, Hideto IDA, Hideki KOBAYASHI

Texte original de Shu Hirata

Photographies de Yoshinori IHARA & Hideto IDA & Hideki KOBAYASHI


Traduction française : Cesar






1ere partie : Le commencement


Antonio Rodrigo Nogueira, Fedor Emelianenko, Dan Henderson, Ricardo Arona, "TK" Tsuyoshi Kosaka, Matt Hughes, Sanae Kikuta, Gilbert Yvel, Valentijn Overeem, Alistair Overeem, Alexander Otsuka, Peter Aerts, Genki Sudo, Mikhail Illoukhine, Renato Sobral, Bobby Hoffman, Andrei Kopylov, Hans Nijman, Hiromitsu Kanehara, Dave Menne, Ricardo Morais, Kiyoshi Tamura,…. ils ont tous commencé à la RINGS avant d'aller au Pride, à l' UFC, ou au K 1.

En fait, la RINGS est là où tout a commencé.
Je ne parle pas seulement des stars d'aujourd'hui qui ont été découverte par la Rings.
Le Brésil a pu planter une graine appelée Vale Tudo mais la Rings est précisément celle qui a conditionné une variété d'engrais pour faire de ces combats un sport professionnel épanoui, et je crois, que cela fait indubitablement de la Rings, une pierre angulaire du MMA d'aujourd'hui.

Quand nous regardons le tout premier poster de la RINGS, nous observons que Maeda était la RINGS et que la RINGS était Maeda. L'image de Maeda debout, en occupe la moitié et sur l'autre côté, est écrit, "Akira Maeda, le premier événement". C'est le premier poster, pour l'événement inaugural de la RINGS mais le mot "RINGS" est imprimé presque pour s'excuser, sur le fond et en minuscule.
En 1991, Akira Maeda commença tout de A à Z et les fans Japonais de combat s'intéressaient uniquement sur ce qu'il allait faire, ils ne se disaient pas "mais qu'est ce qu'est que cette Rings ? "
Fondamentalement les fans se demandaient, "Qu'est-ce qu'il peut faire tout seul? "




" Maeda est un homme d'honneur. Ici, au festival de Toshio Fujiwara (gauche), le premier japonais à obtenir un titre de Muay Thai en Thailande, Maeda, en tant qu'invité spécial, exprime dans un speech son immense gratitude envers le maître du kickboxing japonais"



Akira Maeda est né en 1959 à Osaka, et joint le New Japan Pro-Wrestling (NJPW) d'Antonio Inoki en 1977. Là, il se disait que les Lutteurs Pro (catcheurs) doivent être forts, par conséquent ils doivent apprendre les mouvements de soumission. Le NJPW se développerait dans le futur et ne ferait pas de spectacle de lutte mais de vrai combats.
Maeda le croyait et suivi simplement cette philosophie.

En 1984, Maeda quitte le NJPW pour former cette nouvelle organisation de combat appelée UWF (Universal Pro-Wrestling Federations, Fédérations Universelle de Lutte Pro) mais tout s'effondre en une année seulement alors il revint au NJPW mais en 1988, encore une fois, il laisse le NJPW et reforme l'UWF pour poursuivre ce qu'Inoki lui avait appris plus tôt.
(Réellement, Maeda a été forcé de quitter le NJPW car il avait outrepassé le règlement, il a donné un coup de pied par derrière au visage d'un lutteur connu, en causant une fracture autour de l'oeil)

Le thème de cette nouvelle UWF reformé était "un retour à l'origine de la lutte pro. "
Maeda s'est débarrassé de tous les aspects spectacle de la lutte pro (catch); sauter des cordes, sauter du poteau de coin, combattre à l'extérieur du Ring, frapper avec des chaises ou quelque sorte d'artilleries, le compte de 3, les matchs de tag team, etc...

C'était encore de la lutte pro mais les matchs été remplis des vraies techniques de soumission, d'accrochage, de lutte, et de karaté. Ils étaient tous si rapide et puissant, avec une forme de beauté, qu'ils étaient très convainquant en effet. Convainquant dans le sens que vous pourriez dire que ces types sont de vrai durs.




"Les fans japonais d'aujourd'hui considèrent peut-être Antonio Rodrigo Nogueira comme un magicien du jiu-jitsu, mais pour les fans des premiers combats MMA, quand vous parlez de la magie de la soumission, vous parlez de Mr Volk Han de la Rings Russia."




L'aura dangereuse qui émanait des vrais types durs comme Gérard Gordeau de Hollande a rendu tout ça complètement palpitant et avec l'usage d'un nouvel effet d'éclairage avec des faisceaux laser et de la musique Rock, l'UWF est devenu rapidement une tendance populaire majeure dans la société Japonaise. De même que "le sculpteur" Dan Flavin qui a choisi les lumières des néons, Maeda, comme un organisateur, était à l'affût des nouveaux jouets technologiques et les a rendus effectif à sa vision d'amalgamer des événements de combats avec une atmosphère de concert Rock.

Maeda n'a pas cependant été satisfait de ce succès. Il voulait clairement faire de la lutte pro avec de vraies techniques, puis son plan avança lentement mais sûrement pour au final arriver à une vraie compétition de combat, mais il a commencé à voir ses combattants Japonais se relâcher. Peut-être que les combattants ont eu les mauvaises idées que le succès apporte et Maeda voyait pendant ce temps de jeunes combattants faire un peu d'haltérophilie et tourner en sparring. C'était ça ! Les combattants perdaient leurs soifs d’apprendre de nouvelles techniques et de nouvelles forces.

Maeda pensait à amener du sang neuf pour agiter les choses, et la solution, était Chris Dolman de Hollande pour lui. Dolman, tout comme le médaillé d'or Olympique de Munich William Ruska, qui est un des Judoka les plus respectés en Hollande et il a aussi l'expérience pour avoir gagné le titre mondial de Sambo.
Dolman avait déjà son propre dojo. Beaucoup d'Hollandais coriaces, après avoir entendu de nombreux épisodes héroïques par Dolman, sont venus à son dojo, et il les instruisis gratuitement et quelquefois même, il leur obtenait des travaux comme videurs.
Être cependant videur n'est pas un travail très sûr et le souhait de Dolman était de vraiment fournir à ses combattants une façon sûre de gagner leur vie.

Maeda savait comment ces hollandais étaient durs et il était informé du fait que s'il les faisaient combattre à l'UWF, pour une vrai compétition, la majorité de ses combattants Japonais allait être dépouillés. Cependant ce cas de figure est très ordinaire, très naturel. Maeda le savait donc il pensait déjà à une façon de supporter les combattants qui décideraient de ne pas rivaliser. Maeda savait, que quelquefois des sacrifices devaient être fait pour faire de son organisation une vraie compétition de combat.
Maeda voulait aussi fournir aux combattants de Dolman la possibilité de combattre et d'en sortir vivant, sans risquer de se prendre un coup de poignard ou un coup de feu.



"Certaines personnes dans le monde du MMA pensent toujours que seul Maeda a la vision et l'énergie nécessaire pour amener le MMA au niveau supérieur. Caesar Takeshi (droite), le fondateur du shoot boxing, est l'un des plus grand supporteur de Maeda dans le business"



Cependant, quand l'UFW était en pleine transition pour devenir une compétition réelle tout s'est désintégré. Depuis cette date, personne ne sait que la vérité est la suivante mais l'UWF s'était séparée en trois groupes. Nobuhiko Takada, un directeur général du Pride, avec des combattants comme Yoji Anjo et Kiyoshi Tamura ont formé l'UWF International et Yoshiaki Fujiwara avec des combattants comme Masakatsu Funaki et Minoru Suzuki (cofondateurs de Pancrase) a formé "Fujiwara-gumi". Maeda a été laissé tout seul et a été forcé de repartir de zéro et c'est pour cela que les fans se demandaient: "Qu'est-ce qu'il peut faire tout seul ? "

La première chose que Maeda a faite, après l'interruption d'UWF, a été de former la RINGS en Hollande. Maeda a tenu probablement une promesse qu'il avait fait avec Dolman et ce fut la résultante du premier événement de la RINGS en mai 1991, sur huit combattants en concurrence, six d'entre eux étaient hollandais. Immédiatement après le premier événement, Maeda s'envola en Russie à boire de la vodka toute la nuit et en se battant avec les combattants importants du Sambo et du Judo pendant le jour, Maeda obtenu la crédibilité des Russes et a formé avec succès les RINGS Russie et RINGS Géorgie. En fait, le timing était parfait pour les Russes et Maeda en 1991. C'était le temps de perestroïka et sous le système politique récemment réformé de Mikhail Gorbatchev, beaucoup d'athlètes important de Russie ont perdu le privilège du "Régime des maîtres en sport" où des pensions à vie été garanties.

Le plus grand butin de cette connexion russe, a été de rencontrer le "Commando Sambo" qui finalement a fini par relier la RINGS avec le champion poids lourd du PRIDE Fedor Emelianenko.

Ce "Commando Sambo" était en effet un des plus fervant fan de combats japonais. Volk Han, dans sa première apparition Japonaise, a été invité à combattre dans la carte principale d'un événement de la RINGS en décembre 1991, et a tout prouvé. Han a affiché une série de mouvements, de soumissions et d'étranglements jamais vu auparavant et a accablé Maeda, en montrant un tas de techniques au sol vraiment dangereuses mais vraiment gracieuses aux fans.

Oui, je crois que c'est Han et son "Commando Sambo" qui en premier a montré aux fans Japonais ce qui est maintenant une connaissance commune que les soumissions et les étranglements peuvent être aussi mortel qu'un coup de pied à la tempe ou un coup de poing au menton.
De façon assez intéressante c'est le 4eme événement de la RINGS qui a été rempli de combattants d'organisations différentes; en plus d'Han, il y avait Masaaki Satake et Nobuaki Kakuda du Seido-kaikan, Zaza "Grom" Tkeshelashvili de la RINGS Géorgie, et Koichiro Kimura qui plus tard a fait face à Rickson Gracie à l'open de Vale Tudo du Japon de SAW (Submission Arts Wrestling). Le concept de la RINGS était de "Construire le Réseau des Combattants Partout dans le Monde" et ça a commencé à prendre visiblement forme depuis cet événement.



"(En haut) Akira Maeda avec Tariel Bitsadze (droite), le premier karateka kyokushin a entrer dans un type de compétition différent. (gauche) Le physique naturel de Bitsadze et ses frappes puissantes ont rapidement fait de lui une force majeure dans les premiers tournois de la Rings où les règles des échappées par les cordes avaient encore effet"


L'année qui suivi, vu Maeda faire quelque chose de révolutionnaire.
Pour la première fois de l'histoire, il a amené avec succès un combattant de Kyokushin Kaikan Karaté à la RINGS. À l'époque en Kyokushin il y avait des combattants très stricts, qui avaient interdiction de participer aux autres compétitions. Maeda après avoir rencontré Tariel Bitsadze au RINGS Géorgie, a personnellement écrit une lettre à Masutastu Oyama, le fondateur du Kyokushin, et a reçu une autorisation pour Bitsadze pour combattre à la RINGS. (Plus tard, Bitsadze deviendra le deuxième champion de l'openweight RINGS)

Puis Peter Aerts est venu au Japon pour la première fois en mai 1992, et a combattu dans un événement de la RINGS.
Maeda était finalement dans la trajectoire pour créer une compétition MMA de classe internationale.

Hollande, Russie, France, Afrique du Sud, etc... A partir de 1992, les RINGS ont établi ce vaste réseau pour découvrir et développer des combattants, et c'était comme si de forts vents les poussaient à avancer.
Mais tout a changé quand WOWOW, une compagnie de télévision par câble diffusant les événements de la RINGS, annonça ses coupes budgétaires et les problèmes empirèrent lorsque la blessure du ligament du genou droit de Maeda de 1991 se détériora.



Dernière édition par Gryshka le Mer 9 Avr 2008 - 12:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gryshka



Power : 11
Age : 33

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mer 9 Avr 2008 - 12:03

2eme partie : "La RINGS déclarera l'homme le plus fort du monde."

C'était la copie promotionnelle, peut-être que c'était également le slogan et la philosophie de cette organisation.
En fait, Maeda n'aimait pas que la RINGS soit nommé comme "organisation"
Pour lui, c'était un réseau de combattants partout dans le monde qui un jour fournirait à tous les athlètes important dans le sport une façon de bien vivre en rivalisant.

Maeda, devant tous ses combattants et Staff, dit, "Nous sommes au delà du football, nous sommes au delà du base-ball! " et tout le monde, en concert, leva sa boisson de sports ou jus ou quoi qu'ils eussent dans leur main.
C'était un rituel dans la RINGS après chaque événement. Maeda était sérieux, et était décidé à apporter à ce sport, de vrais combats,le MMA sera au même niveau que la coupe du monde de Football et de la ligue de Base-ball.

WOWOW et presque tous les fans l'ont vu cependant tout à fait différemment. Pour eux ce n'était rien sauf Akira Maeda. La télévision par câble comme WOWOW s'est intéressé seulement à un athlète professionnel, une personnalité qui pourrait augmenter leurs estimations et nombre de souscripteurs. En réalité, il était spécifié dans le contrat de la radiodiffusion entre WOWOW et la RINGS, "si Maeda ne combat pas, aucune bourse de radiodiffusion ne sera payé."
Inutile de dire, que pour les fans venus à l'événement, particulièrement à l'extérieur des régions métropolitaines telles que Tokyo et Osaka, c'était VRAIMENT seulement pour voir Maeda et c'était brutalement apparent en regardant simplement la réaction de la foule. Dans la perception du fan, le nom "Akira Maeda" était suffisant pour la réussite d'un événement, ils se foutaient de ce qu'il y avait d'autre et les autres combattants étaient juste là pour l'échauffement.
À l'époque, Maeda était comme un héros charismatique.



"Dans les premiers events de la Rings, l'évènement ressemblait parfois aux Olympiques du fait de ce parfum international"



En 1992, WOWOW, à cause d'un effondrement commercial a prolongé sa coupe budgétaire et la RINGS ne pouvait plus se permettre de garder les kickboxers hollandais sur leur livre de paie. Depuis la RINGS n'a jamais vraiment trop mis de Kickboxer sur leurs cartes, c'était une décision adéquate sous de telles circonstances et n'a pas réellement amoindri la RING. Cependant, cela a ouvert une porte, à un autre organisateur très créatif pour débuter quelque chose de nouveau. Cet organisateur était le Maître Kazuyoshi Ishii, et la nouvelle chose qu'il proposait était un tournoi poids lourd pour décider qui était le meilleur striker au monde.

La RING savait qu'il y avait de bons kickboxers en Afrique du Sud ou un puissant taureau en France. Ils avaient déjà une base de données comprenant beaucoup de bons kickboxer du monde entier, notamment grâce aux liens tissés par Maeda et ses bons rapports comme avec Peter Aerts, ou avec le Dojo Chukuriki. Mais la RINGS ne pouvait pas se permettre de les garder plus longtemps, par conséquent, pour le Maître Ishii qui avait précédemment eu beaucoup de succès dans ses événements de kickboxing ou de karate avec notamment, la coupe du Monde de karate au Japon, le timing était parfait pour une expansion, pour un grand pas en avant.




"Akira Maeda ne combattait pas au mieux de sa forme dans le ring, avec une déchirure du ligament du genou. Porter un brassard au genou était absolument nécessaire"



Un autre obstacle fait face à la RINGS en 1992 avec la blessure au genou de Maeda.
Maeda, en 1991, a souffert d'un déchirement d'in ligament du genou mais a continué à combattre en portant une attache au genou. Mais à la fin 1992, son genou était proche de la rupture, avec des ligaments presque séparés par la déchirure. La chirurgie était au point pour ce genre de réparation. Il suffisait de la dire, mais Maeda a continué à combattre avec cette blessure plus d'une année, juste pour maintenir la RINGS vivante. S'il n'avait pas combattu, cela aurait signifié: faible vente de billets et pas de cheque de la part de WOWOW. Maeda savait trop bien que s'il faisait une pause il pourrait en résulter la faillite de la RINGS; et mettre beaucoup de gens, pas seulement au Japon, mais aussi en Europe, au chômage. Maeda était un homme d'honneur et il ne pouvait pas laisser cela se passer comme ça.

Finalement en 1993, Maeda a négocié une nouveau contrat avec WOWOW et il alla passer sur la table d'opération avec une année de repos. Ironiquement Maître Ishii a commencé "son" nouvel événement pour déclarer le striker le plus fort au monde dans la même année. Et c'était le commencement du développement du sport le plus rapide dans le monde d'aujourd'hui, le K-1.

Maeda dépensa tout ce qu'il avait obtenu et a construit la fondation de la RINGS, tel un réseau de combattants MMA. Son corps blessé, sa réputation, sa popularité, et ses rapports construit dans le monde de la lutte-pro, sa vision de pionnier en tant qu'organisateur, son enthousiasme indomptable et son énergie, tout. Il a tout dépensé, tout par lui-même.
Maeda était incroyablement populaire, et en 1991, il était probablement le seul dans l'affaire qui aurait pu faire ce qu'il a fait. Il avait un tel charisme parmi les fans et même dans le public en général que lui seul, sans avoir tout autres combattants, était assez bon pour obtenir un contrat de radiodiffusion avec une chaîne de télé câblée majeure, faire des affaires avec les annonceurs et les sponsors. On pense encore aujourd'hui que ceci, été un exploit étonnant dans le monde des sports de combat.

Il a levé des millions au Japon juste en mettant son nom et sa crédibilité, et a distribué des fonds aux combattants dans les pays comme en Hollande, Russie, et Géorgie, les guider et fondait des gymnases RINGS, il leur apprit comment produire et encourager des événements dans chacun de leurs propres pays. Maeda bien sûr gratuitement, leur a permis d'utiliser le nom d'évènement RINGS et quelquefois même leur a fourni le support financier pour commencer leurs propres nouveaux événements de MMA. Maeda croyait, en étendant ce nouveau sport à l'échelle du monde, qu'avec ces opérations ils découvriraient les athlètes professionnels les plus passionnants de tous sports et élèveront un jour le MMA au rang de "Sport Le plus regardé du Monde." Dans un chemin, Maeda était comme un homme-machine distributeur de monnaies pour les combattants MMA dans les parties du monde où il exerçait, et il mit tout l'argent en banque montant lui même au front, en tant qu'organisateur, et aussi en tant que combattant MMA, tout en combattant avec de sévères blessures.



"Quand Maeda était out en 1993, Volk Han était celui qui tirait la Rings vers le haut, combattant presque chaque mois, la plupart du temps dans les cartes principales"



Maeda, à partir du début de la RING en 1991, s'attaquait aussi à la question d'établir des règles assez sécurisante pour permettre aux combattants de rivaliser assez souvent et par conséquent réduire les périodes de non activités. En premier, la RINGS n'a pas autorisé l'usage des gants à doigt ouvert donc les combattants rivalisaient à mains nues, mais avec pour objectif important de pouvoir combattre une fois au moins par mois. Comme la compagnie avait un contrat de radiodiffusion avec la télévision par câble, et comme on voyait apparaître une nouvelle génération de jeunes combattants, qui était encouragé à combattre une fois par mois la frappe à poing fermé aux tempes fut proscrite. Du coup les coups à paumes ouvertes et les protections des tibias ont été adoptés, et aussi, des règles de limitation d'échappatoires furent testées, car en 1991, il y avait encore une tendance dans l'industrie qui veillait à ce que les combats ne se finissent pas trop rapidement pour satisfaire les spectateurs qui payaient.



Mais tout a changé en 1993.

Comme énoncé plus tôt, le K 1 commença, et a attiré rapidement un public important avec de véritables guerres entre deux poids lourds. Car voir deux combattants avec des gants de 10onces et des tibias sans protections se frapper à coups de pieds et de poings était plus excitant à regarder et bien plus facile à comprendre pour les non amateurs de combats. Et aussi, dans la même année, Inoki et ses anciens combattants de l'UWF, Masakatsu Funaki et Minoru Suzuki, fondèrent le Pancrase et son événement inaugural tenu à Distance au Tokyo Bay NK Hall, commença son assomption dans le business. Le Pancrase, dans cet événement, avait un total de huit combats mais l'événement entier a duré seulement 28 minutes. Et de ce fait un nouveau mot appelé "Byosatsu (tué en une seconde, fini à instantanément) " a été créé dans la langue Japonaise et ils ont prouvé qu'un combat pouvait être extrêmement rapide tout en conquérant une belle audience avec de très belles techniques de combat.

Enfin, l'UFC, a aussi commencé la même année, en présentant des combats brutaux, cruels, sévères, et sanglants rempli d'offensive vicieuses comme les coups de coude aux yeux, ou des stomps répétés sur les côtes en attirant par la même occasion une large audience. L'UFC ne ressemblait pas vraiment à "un sport organisé" au début. Aucune organisation comme la RINGS n'essayait de faire ça mais le fait était que l'UFC, avec cette façon d'accentuer la valeur des "chocs" dans sa publicité, pendant la nuit, a fait de l'événement un programme bancable sur le marché des PPV américain. Pendant ce temps, cette même année, Maeda, dû être opéré du genou, et est resté en dehors des rings tout une année et toutes les RINGS étaient coquettes en surface, mais survivez dans cette industrie.

Pendant que Maeda était au repos, jusqu'à son retour à la compétition en 1994, la RINGS garda à peine sa place au sommet des organisations de MMA dans le monde avec l'UFC, le K-1, le Pancrase, et le Shooto mais la RINGS était la plus révolutionnaire de toute.

Premièrement, LA RINGS n'a jamais empêchée leurs propres combattants de combattre dans les autres événements, ou d'autres combattants d'autres organisations, disciplines, ou gymnases de combattre à la RINGS. Cela peut sembler ordinaire aujourd'hui mais au début des années 90 au Japon cela était impensable et incroyablement rare. Les combattants tels que Genki Sudo et Akihiro Gono ont testé leurs compétences à la RINGS, et en même temps, Maeda a permis, a même recommandé et quelquefois vivement conseillé aux combattants de la RINGS Japon de goûter à un fruit différent; Yoshihisa Yamamoto est allé en 1995 au Vale Tudo Japon Open, et a trouvé au premier tour, Rickson Gracie pour lui faire face, et plus tard "TK" Tsuyoshi Kosaka, est allé combattre à l'UFC.



"Maeda, après l'opération du genou, est resté en dehors des compétitions en 1993 mais a servi comme juge principal, de sorte qu'il était toujours au bord des rings dans sa tenue rouge de juge"




Et deuxièmement, la RINGS ne perdit jamais une trace pour découvrir de nouveaux talents, à partir de là un nouveau sport professionnel spectaculaire débuta, le MMA. En 1994, La RINGS Russie a tenu avec succès "le premier événement de sport professionnel en Russie." En effet, après la chute du communisme, le tout premier événement de sport professionnel se passant dans un but de gain commercial était en fait un événement de MMA appelé RINGS Russie. L'année suivante, la RINGS Hollande a encouragé "le premier événement de MMA professionnel en Hollande." Croyez le ou pas, les RINGS étaient encore les premières. En outre, Maeda est le premier qui est allé au Brésil pour atteindre de nouveaux talents autres que les spécialistes du Gracie Jiu-jitsu. Par ce temps, en 1995, tout le monde apprit que la lettre "R" est prononcée "H" en portugais à cause du Gracie Jiu-jitsu mais pas beaucoup d'organisateurs sont allés au Brésil pour recruter d'autres combattants. De là, Maeda est allé en reconnaissance et découvrit Antonio Rodrigo Nogueira et Ricardo Arona.

Quand nous regardons les dix années passées de l'UFC, du K-1 ou les sept années passées de PRIDE les combattants de Russie, de Hollande, ou du Brésil ont tous eu à peu près le rôle principal sur la scène. Le grand spectacle est reconnu relativement plus rapidement et plus facilement surtout par le grand public. Maeda s'est concentré sur un succès à long terme du sport tout entier, pas seulement de la RINGS. Il voulait que le MMA s'établisse un statut, pas seulement au Japon ou aux USA, il voulait l'étendre au monde entier du sport professionnel. Cela en dit beaucoup sur la prévoyance de Maeda et sur sa détermination, et dans cette époque de mise sur pied générale, la RINGS était vraiment innovatrice.

En 1996, Maeda devait se retirer encore, pour sa deuxième opération. Pendant cela le K-1 a fait une incursion à la principale télévision Japonaise, et les nuages commencent à se rassembler au dessus de la RINGS. A la suite de sa seconde opération, le corps de Maeda, n'était plus assez en forme pour rivaliser au haut niveau, et il a commencé à montrer des signes de décadence à l'intérieur du ring. Cela dévastait les fans d'autant plus qu'il n'y avait aucun successeur attitré de Maeda à leurs yeux. Alors en 1997, son plus jeune membre du club Nobuhiko Takada a convaincu Sky Perfect TV et la Télévision Fuji, à se sacrifier pour combattre Rickson Gracie, de là commence le mega événement MMA appelé " PRIDE Fighting Championship".
Mais encore, Maeda n'était pas fini...
Il avait encore les deux secrets les mieux gardés de son esprit, annoncer sa retraite et établir de nouvelles règles appelées K.O.K. (King of Kings).

Revenir en haut Aller en bas
Gryshka



Power : 11
Age : 33

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mer 9 Avr 2008 - 12:04

3eme partie : KARELIN

Le 11 octobre 1997, au Dôme de Tokyo lors du PRIDE FC 1.

Le moment le plus passionnant du soir, pour les fans Japonais, bizarrement s'est passé tout à la fin mais ce n'était pas lorsque Rickson Gracie a fini Nobuhiko Takada avec une clef de bras rapide et foudroyante.

Cela s'est passé juste après.

La foule est devenue folle quand ils ont vu Maeda amèrement déçu mais déterminé, il apparaissait sur l'énorme moniteur au-dessus du tableau d'affichage.

Le voltage des fans a atteint son niveau maximal quand ils ont vu les yeux ardents et explosifs de Maeda. Oui, l'histoire continue dans la dernière bataille. Les deux qui pouvaient créer encore l' "Illusion de l'UWF." Masakatsu Funaki et Akira Maeda étaient là. Les fans voulurent croire leur héro, ils ont épinglé leurs espoirs sur Maeda, le plus vieux membre du club et le plus charismatique.

En 1996, Maeda traversa l'épreuve de son opération du genou et lorsqu'il est revenu il n'était plus le même et le monde des sports de combats n'était plus le même. A ce moment là, le K-1 avait sa place sur la télévision nationale et il commençait à prendre le statut de "ligue majeure des sports du combat". C'était relativement étonnant pour la télévision japonaise car il y avait des championnats du monde sans japonais et que les fans n'utilisaient pas leurs télé pour voir des combats à l'heure du dîner. Maeda n'était plus au top niveau des compétitions. Il a bien été marqué, brutalement et sans équivoque. Depuis son retour de la deuxième chirurgie du genou, presque 80% du temps, il retournait aux vestiaire avec l'aide d'autres personnes car il boitait trop. Sans être cruel il avait l'air d'avoir un corps devenu "hors fonction". Dans le monde de l'art, vous pouvez faire beaucoup de choses avec des morceaux cassés comme John Chamberlain qui a créé une série de sculptures avec les parties d'automobiles cassées mais dans le monde des sports de combat, un fonctionnement défectueux signifie souvent la retraite. Dans une émission de télé de MMA-Variété Japonaise "L'Esprit du Ring", Maeda a confessé une fois, "j'ai toujours combattu avec des blessures. Mais depuis que j'ai perdu la capacité de donner un highkick avec ma jambe gauche (à cause de la blessure au genou) tout est devenu différent."





Maeda avait cependant une responsabilité en tant que fondateur de la RINGS. Il avait beaucoup de bouches à nourrir donc il eu besoin de faire quelque chose pour rapporter la popularité de la RINGS.
Donc le timing était parfait, pour les fans, Maeda, et la RINGS.
Le Bateau Noir appelé Gracie Jiu-jitsu envahissait maintenant le Japon et Takada ne pouvait pas faire grand chose. Naturellement, quelqu'un devait résister pour prendre une revanche et dans l'esprit des fans Japonais cet homme devait être Akira Maeda.

Immédiatement après l'événement inaugurale du PRIDE FC au Dôme de Tokyo, Maeda commença à négocier avec Rickson Gracie, il parlait beaucoup, à travers les médias, concernant chaque pas de ce processus. Il a mentionné même qu'il comprenait Rickson qui voulait combattre dans un événement où tout est neutre pour les deux combattants, en impliquant la possibilité d'apporter un nouvel ensemble de sponsors et commencer un nouvel événement MMA pour en faire une marque.
Encore une fois, les fans sont devenus furieux a ce sujet. Pour eux, Maeda est le vrai homme. Cet homme ne recule pas, le mot "éviter" n'existe pas dans son vocabulaire. Même avec des problèmes aux genoux sévères, il s'est encore relevé, et il était disposé à combattre avec l'attente du pays tout entier sur son épaule.



Tout le monde au Japon bourdonnait avec cette confrontation Rickson-Maeda. Tout le monde voulait voir ce combat. Dans le métro, au stand Rahman, dans l'arcade des jeux vidéo, tout le monde parlait de ceci.
Maeda est beaucoup plus grand que Rickson. Takada était un athlète mais Maeda est un guerrier. Maeda a cette aura dangereuse qui ferait n'importe quoi pour gagner. Maeda pourrait y aller avec un bras cassé. Il ne s'en soucierait pas.
Les illusions des fans devenaient de plus en plus grandes.




Cependant comme tout autre rêve, celui-ci eu aussi une fin abrupte.
En août 1998, DSE, la compagnie qui avait pris le PRIDE FC à KRS,
Annonça la carte principale du PRIDE 4. Avec le re-match de Rickson Gracie et Nobuhiko Takada. Personne ne l'attendait. C'était complètement inattendu et pour Maeda c'était une grande claque au visage. Maeda n'était au courant de rien à propos de DSE, ou de Takada, parlant à Rickson d'un possible re-match. Pas longtemps avant cet avis, Maeda s'etait retrouvé avec Takada autour d'une table ronde pour discuter d'une publication Japonaise concernant le MMA et lors de cette discussion, Takada savait que Maeda négociait avec Rickson mais il n'a jamais rien mentionné au sujet de ce que DSE faisait.

Soudain, tout était terminé pour Maeda. Il ne pouvait plus rien faire concernant Rickson Gracie. C'était déjà négocié mais Maeda n'était pas encore finit. Il avança sa pièce sur l'échiquier et sa prochaine décision serait de trouver quelqu'un de plus important que Rickson Gracie. Un mythe, avec des références supérieures. Un combattant déjà considéré comme une légende.
Maeda ne pouvait penser qu'à un seul athlète, Aleksandr Karelin.

Tout le monde a sursauté lors de l'annonce de la rumeur Karelin. Est-ce qu'Aleksandr Karelin est dans le monde des sports de combat professionnels? La légende russe? Le médaillé d'or olympique ayant pour but de réussir un exploit sans précèdent d'obtenir 4 médailles d'or consécutivement à Sydney ? Il n'avait aucune raison de prendre le risque de combattre ce grand type Japonais dans un pays qu'il ne connaissait pas. C'était Irréaliste.
Mais la RINGS a surpris même les plus grands sceptiques en annonçant officiellement Aleksandr Karelin comme adversaire pour le combat de retraite de Maeda. Grâce à ça, la RINGS ranima rapidement l'attention du public général et des principaux médias. C'était en effet une occasion en or pour la RINGS. Le K-1 avait eu Andy Hug et le PRIDE construisaient ses événements autour de Rickson Gracie. Maintenant la RINGS avait Karelin qui indubitablement avait un dossier amateur beaucoup plus important que les deux autres.





Peu après l'accord de Karelin, l'opportunité frappa à la porte de Maeda. La chaîne de télévision nationale été intéressée pour diffuser ce combat monumental. Maeda ne pensa pas une seconde à ne pas être loyal avec WOWOW, la chaîne câblée de leurs débuts. Dans un pays comme le Japon où la majorité de la population ne regarde seulement les émission "terrestre" (NT: Chaînes Hertziennes pour la France), choisir le câble ou la télévision nationale, c'est comme choisir entre du verre du diamant. Mais la réponse de Maeda fut négative. Il n'a pas trahi WOWOW, son partenaire de toujours. Maeda a dit une fois, "je ne contredis pas la loyauté" en réponse à une question concernant cette décision, je crois que Maeda pensait aussi à sa vision sur le long terme. Après tout, cette station de télévision nationale voulait juste diffusée le combat de sa retraite. Juste une fois. Ils ne pourraient rien promettre sur le long terme. Mais, en revanche, si la station de télévision nationale avait diffusé Karelin-Maeda, elle aurait pu aider la RINGS à long terme. Qui sait ? Le combat aurait pu faire une grosse audience et cela aurait pu attirer une agence de publicité majeure, quelques grands sponsors ou d'autres stations de télévision nationale qui auraient pu amener la RINGS à un niveau différent.
Mais WOWOW l'a diffusé, et le fan au Japon a suivi ce combat mais le public général a fondamentalement ignoré cette entrée dans le monde professionnelle de la légende Olympique Russe.


Revenir en haut Aller en bas
Gryshka



Power : 11
Age : 33

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mer 9 Avr 2008 - 12:04

4eme partie : The Karelin Lift



Aleksandr Karelin était déjà une légende pour la communauté des lutteurs internationaux avant d'avoir accepté le combat à la RINGS mais pour les fans japonais il fallu attendre la fin du combat contre Maeda pour qu'il soit enfin considéré comme une légende à part entière pour tout le monde.

Quand les JO arrivent, aux Etats-Unis (ou peut-être dans tout autre pays), les stations de télévision diffusent d'une manière prédominante l'événement mais peu de personnes avaient remarqué de lutteur en particulier, à part celui de la division des super lourds un certain Aleksandr Karelin de Russie. Même à Atlanta, quand il est devenu le premier lutteur a gagner 3 fois de suite dans la même division de poids la médaille d'or, les stations de télévision Japonaises l'ont mit en relief qu'à travers un highlight de quelques minutes. Aleksandr Karelin était pratiquement inconnu au Japon jusqu'à ce que la RINGS ait commencé à mentionner son nom. Personne au Japon ne connaissait les détails de ses incroyables talents ; aux jeux de 1992, un seul de ses adversaires a tenu jusqu'à la limite de temps, et en 1996, Karelin domina cinq adversaires par 25-0. Le doux géant était, a ce moment là, invaincu depuis onze années. (Il a fini par étendre ce record jusqu'aux jeux olympiques de 2000). S'il avait été Judoka, la situation aurait été différente mais la réalité était telle qu'exceptez les amateurs passionnés de lutte, personne au Japon ne savait vraiment à quoi Aleksandr Karelin ressemblait.



La RINGS savait cependant exactement comment vendre cette "centrale électrique" russe.
Il y avait trois éléments clef; ses réussites aux Jeux Olympiques, son "reverse body lift" devenu sa spécialité et les fans de lutte-pro.


Même si Maeda répéta plusieurs fois son malaise à propos de la lutte-pro depuis le début de la seconde phase de l'UWF, la majorité des fans de Maeda était aussi fans de lutte-pro et Karelin était quelqu'un de très précieux. Pas seulement par rapport à ses références en combats mais aussi à son imposante technique de reverse body lifts placées plusieurs fois aux Jeux Olympiques . Pour les japonais, ce mouvement est appelé un suplex latéral. C'est clairement un mouvement énormément difficile à exécuter en vraie compétition. La plupart des fans de lutte-pro savent qu'elle est un spectacle exécuté par des athlètes et ils savent aussi que dans de vraies situations du combat, beaucoup de mouvements de lutte-pro sont presque impossibles à appliquer. Les fans sont complètement informés en ce qui concerne ces techniques-spectacles, et c'est pourquoi ils aiment aussi voir ces mouvements tentés dans de vrais combats. C'est ce même goût d'amusement semblable au monde de Superman, Spider-Man, ou Batman. Regardez des combattants comme Kazushi Sakuraba qui met en feu la maison en tentant une série de mouvements lutte-pro dans les combats du PRIDE. Quand il fait les Mongolian chops comme quand Clark Kent devient Superman. Les fans japonais sont des rêveurs qui aiment voir le monde des livres Comics se passer dans le vrai monde.



C'est comme cela que le body lift de Karelin a cloué le bulgare Rangel Gerovski aux JO de 1988, cette technique fut exécutée parfaitement. La tête de Gerovski a été forée toute droite dans le tapis. C'était en effet la propre version d'un suplex latéral remis à niveau par Karelin . Les fans ont été immédiatement conquis par cette image incroyable. Ils ont même nommé le mouvement le "Karelin lift". Réellement ce qui est vraiment étonnant au sujet de cette technique c'était que Karelin l'a placé à 30 secondes de la fin du match quand il était en bas à 3-0. On parle donc d'une grosse performance. Mais les fans japonais ne connaissaient pas le sujet et étaient plus impressionnés par l'image mortelle que renvoie cette technique que par la technique elle même. La RINGS a utilisé cette image énormément de fois, et chaque fois le nom de Karelin été mentionné dans le public. Tout le monde l'identifiait avec ses trois médailles d'or et son " Karelin lift"
"C'est le puissant mec de Russie qui a fait le suplex latéral dans un match de lutte Olympique, non ? "
Jusqu'à cette date, quelques fans identifiaient Karelin de cette manière.


Le combat de retraite d'Akira Maeda a eu lieu le 21ème février 1999 à l'Arène de Yokohama, mais la diffusion de l'événement n'était pas très important, sans la couverture des chaînes nationales, c'était en effet, attendu. Bien sûr Karelin n'était pas dans la même classe que Muhammad Ali ou Mike Tyson en terme de reconnaissance en ce qui concerne le public général mais quand vous regardez la reconnaissance que Rickson Gracie a obtenu pendant la nuit où il battait Takada sur la chaîne Fuji, le pouvoir d'une chaîne nationale au le Japon est inégalable. Cependant ce jour là devenait monumental pour le monde du combat professionnel et du catch. Après tout, Akira Maeda était un grand nom et Aleksandr Karelin était le champion Olympique.




Dans ce type d'événement dit "de retraite", il y a habituellement un sens de solidarité dans l'air mais ce jour là était complètement différent. Les fans japonais ou même les fervents partisans de Maeda n'étaient pas trop sentimentaux et je crois qu'il y avait deux raisons pour cela. Même d'un point de vue de fan, la notoriété de Maeda avait déjà pris un coup en 1997 quand il a perdu contre Kiyoshi Tamura. C'était quand Maeda ne pourrait rien faire sauf partir en convalescence. Puis en juillet 1998 contre Yoshihisa Yamamoto, les fans confirmèrent, dans cette Arène de Yokohama, que "l'illusion Maeda" avait complètement disparu.

L'autre raison est que les fans étaient excités au sujet du commencement de la nouvelle époque qui voulait dire qu'ils allaient voir de vrais combattants de Vale Tudo de classe mondiale. Dans cet événement, le monstre de Jiu-jitsu brésilien Ricardo Morais était dans sur la carte et Sean Alvarez faisait sa deuxième apparence à la RINGS. Les fans savaient aussi que la RINGS commençait son affiliation avec l'équipe RAW, et les débuts de Tom Erickson et de Randy Couture à la RINGS, étaient confirmés dans le Tokyo Bay NK Hall, salle de l'événement.

C'était le temps où la dominance du Jiu-jitsu à l'UFC avait été un peu calmée par les performances stellaires des lutteurs comme Dan Severn, Mark Coleman, Don Frye, et Randy Couture. Par conséquent, tout le monde voulait voir des lutteurs au sommet américains. Puis l'existence d'Aleksandr Karelin a élevé les attentes des fans encore plus. Évidemment, la RINGS prouvait leur fort attachement à la communauté de lutte russe.
On vit les très bons lutteurs russes marcher à coté des gros noms du Brésil et des noms connus d'Amérique! Les fans étaient absolument stimulés par la nouvelle direction que prenait la RINGS.
"La chose la plus importante est de recruter des talents de classe mondiale", c'était l'expression de marque de Maeda depuis le commencement de la RINGS et le jour de sa retraite, en apportant les talents du Nord vers le sud, le monde idéal de Maeda commença finalement sa dernière transition.



Tout simplement, 1988 était une nouvelle époque pour la RINGS.
Tsuyoshi "TK" Kosaka eu du succès à l'UFC. Hiromitsu Kanehara et Kenichi Yamamoto sont venus a la RINGS au lieu de suivre Takada au PRIDE. Quant aux règles officielles de la RINGS, elle furent modifié: le temps de combat fut raccourci et le poing fermé pour frapper au sol est devenu légal. (Exceptez à la tête) Finalement, la RINGS paraissait être complètement ouverte au Vale Tudo. C'est, probablement parce qu'ils ne pouvaient plus ignorer le succès de l'UFC et du Shooto. De plus, le Pancrase avait annoncé sa décision d'axer un règlement Vale Tudo l'année précédente. La RINGS savait que le Vale Tudo n'était plus une hérésie. C'était en fait, le cadre du MMA, déjà, la pointe des sports de combat. Vale Tudo était un sujet que la RINGS aurait due attaquer depuis 1993 mais maintenant que c'était fait, une nouvelle histoire pouvait être écrite. Mais Maeda n'a pas seulement suivi ce que tout le monde faisait. Il était un peu plus créatif qu'eux, et tout a commencé avec ce combat contre Karelin.




Le combat Maeda-Karelin a été tenu sous les règles spéciales de la RINGS; deux fois 5 minutes, aucune frappe à terre, deux fuites sous les cordes seraient considérées comme un Knock down et trois Knock down sont un TKO automatique, 1 minute de repos entre les rounds, 3 juges marqueront le combat à la fin du second round.
Le combat commença avec des lowkicks de Maeda.

(NT: Combat romancé)

Un, deux, trois, sur la cuisse de Karelin, puis Maeda tente un takedown mais Karelin sprawl et Maeda se fait prendre dans une clef de nuque frontale. Et juste après les 12,000 fans dans l'arène de Yokohama virent quelque chose d'incroyable. Karelin, avec cette prise, a commencé à balancer Maeda de droite à gauche. C'était comme une fracture immédiate de la colonne vertébrale à partir des cervicales. C'était juste une exposition incroyable du pouvoir monstrueux de Karelin. Ce lutteur Sibérien était comme un vent violent sur le ring. Chaque fois que Maeda essayait quelque chose, Karelin le secouait simplement avec sa force pure.
Cependant Maeda eu aussi son moment.

Il attrapa Karelin avec une clef de cheville et l'a forcé à prendre la première fuite sous les cordes. Même dans le combat debout, Karelin réduisait la distance et ne permettait pas à Maeda de lui jeter un deuxième et troisièmes coups de pied, une fois le combat au sol, Karelin l'a soulevé... Il a montré son "Karelin Lift" et a foré la tête de Maeda droit dans le sol. A la fin, c'était une victoire pour Karelin pour une décision unanime.

Ce n'était pas un combat dur à juger. C'était, en fait, une défaite écrasante. Maeda, perdit facilement son dernier "combat" professionnel.

http://www.dailymotion.com/video/x3mrrg_karelinmaeda_sport

Les fans l'ont accepté. Tout le monde savait que Maeda était complètement couvert par les blessures.
En plus, les partisans de Maeda avaient un instinct aiguisé et sentaient que c'était le commencement d'une nouvelle époque, et la réponse de la RINGS à ce sujet appelée Vale Tudo était le tournoi K.O.K. (Roi de Rois).

Revenir en haut Aller en bas
Gryshka



Power : 11
Age : 33

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mer 9 Avr 2008 - 12:05

5eme partie: K.O.K



K.O.K. (Roi de Rois) était la réponse d'Akira Maeda au monde quant à l'invasion rapide du "Bateau Noir" nommé Gracie Jiu-jitsu et du Vale Tudo dans la communauté des sports de combats japonais.
Le public changeait sans aucun doute pour avoir envie de voir de "vrais combats". Les fans avaient faim, ils voulaient voir qui était vraiment le plus fort.
Et les frappes au sol interdites étaient la réponse de Maeda.
Les fans, surtout ces hardcore-fans toujours bien informés, ont frissonné avec l'invention de Maeda.

C'était en 1999, tout le monde discutait encore des sports, de leur aspect divertissant, et de quelles règles seraient les plus convenables pour le MMA. Le PRIDE expérimentait des règles différentes avec des 60 minutes (Renzo contre Kikuta), des 30 minutes (Kimo contre Severn), ceux qui croyaient en Maeda au Japon se disaient, "hé, les règles de ce K.O.K. pourraient être les plus intéressantes pour le spectateur"

C'était aussi une conversion historique pour la RINGS car ce changement de règles voulait dire qu'il se concentrait uniquement sur les compétitions.
L'époque avait soif de vrais combats, et s'en était devenu indispensable. Si la RINGS voulait rester compétitive dans les marchés de sport japonais, cette décision était inévitable.

Maeda voulait cependant s'assurer d'une chose avant de s'engager sur cette transition. Il voulait s'assurer que la RINGS aurait, au moins, un poids lourd Japonais qui pourrait rendre entrer dans le carré des meilleurs mondiaux. Une sorte de Luca Brasi ou d'Al Neri qui ont toujours protégé Don Corleone, la RINGS devait avoir un vrai Monsieur Muscle, le portier qui peut garder le château principal du Japon.
Tsuyoshi TK Kosaka, pour Maeda et la RINGS, était l'homme qui pouvait résoudre cette dernière tâche.


TK rejoint la RINGS en septembre 1993 après avoir laissé l'équipe de Judo de la prestigieuse Corporation de Toray dû à une blessure du genou crucial pour un Judoka. TK qui avait marché sur le chemin des athlètes amateur d'élite, a recommencé sa carrière de combat au fond du trou dans le monde du MMA à la RINGS.
Maeda, disait dans les médias, "je travaille avec ce type très intéressant, venu du Judo. Dans trois années, personne ne sera capable de le battre."

TK, fit ses débuts le 20 août 1994, au Yokohama Cultural Gymnasium, et tres vite il démontra que la prédiction que Maeda avait faite sur lui était juste.
Ce combat, contre Nobuhiro Tsurumaki, a duré les 5 rounds mais TK déchira l'adversaire - Il avait une puissance énorme pour se ruer sur l'adversaire et de très lourd coups, inattendus pour un Judoka, il a dominé et mis KO ce vétéran du S.A.W. (Submission Arts Wrestling)

Puis l'année suivante, TK a causé un "grand incident" qui a capté l'attention de tous les medias MMA du Japon.
En octobre 1995, TK entra à la "Lumax Cup: Tournoi de J 95" encouragé par Wajiu-tsu Keishu-kai. Ce tournoi était assez expérimental - les règles étaient fondamentalement celles du MMA, avec des gants aux doigts ouverts, mais chaque concurrent devait porter un gi.

C'était réellement révolutionnaire pour la RINGS, l'organisation a toujours insisté sur les spectacles professionnels, mais elle permettait à un de ses combattants de combattre dans des compétitions de sports amateur. En 1995, au Japon, un combattant professionnel qui rivalisait dans un événement amateur, été une chose considérée comme très risquée pour sa carrière professionnelle. Car si il perdait, ce pouvait être crucial pour lui, et si il perdait sèchement cela pouvait aussi nuire à la réputation de l'organisation qui l'employait.
Cependant, TK, gagna au premier round contre Hiroyuki Yoshioka, tête d'affiche du YMC, seulement après une petite minute, grave à une clef de talon éclair.



Puis TK maîtrisa Susumu Yamazaki, un top combattant de Daido-juku, et est allé en finale en face du vraisemblable vainqueur du tournoi, Eagan Inoue. Dans ce dernier match, TK était opposé à un des jiu jitsuka les plus forts du monde et gagna à la décision dans le round supplémentaire. Un nouveau membre de la RINGS qui entra il y a tout juste une année dans le monde professionnel conquit le tournoi MMA.
Cette victoire de TK, assura peut être à elle seule la gestion de la RINGS pour quelques années supplémentaire, ils avaient maintenant un concurrent poids lourd de classe internationale légitime chez eux.

Après le match de retraite de Maeda en février 1999, la RINGS a commencé à expérimenter les règles du K.O.K. dans le "World Mega-Battle Tournament" qui a ouvert le 28 octobre 1999.
Maeda a commencé à rendre effectif son invention avec un système de 2 rounds de 5 minutes dans ce tournoi de 32 participants.

Aucune frappe à la tête et aucun arrêt.
Ces deux points étaient la colonne vertébrale des règles du K.O.K.. Maeda et la RINGS voulurent créer un sport comme le MMA mais sans odeur de combat de rue. Donc Maeda s'est débarrassé en premier des coups de coude et ensuite, il enleva les coups de pieds sur un adversaire à terre. Et finalement, Maeda enleva tous les coups à la tête au sol.
Puis il créa quelque chose de révolutionnaire et le concept d’ "aucun arrêt" a été appliqué aux arbitres sous les règles du K.O.K.



En 1999, les athlètes qui occupaient les premières places du MMA étaient ceux avec des origines de lutteur - Dan Severn, Mark Kerr, Mark Coleman, Don Frye, et Randy Couture . Bien que Royce Gracie, à l'UFC, eût déjà exposé plusieurs techniques "mortelles" à partir de la garde, beaucoup de gens, surtout le public général Japonais, gardaient encore l'image du dominant au dessus et du dominé au dessous et c'est en partie parce que ces ex lutteurs gagnaient comme cela leurs combats. Il y avait une tendance parmi tous les combattants à essayer de garder leur "monté" au lieu de tenter des soumissions, et Maeda connaissait cette tendance, ce style de combat pouvait créer un certain ennui avec deux gros mecs se neutralisant, donc il fît quelque chose de très juste.
Maeda a déclaré que tenir un adversaire dans sa garde sans tenter de soumission ou d'être en montée et de ne rien tenter est considéré comme un arrêt (ou une sorte de refus de combattre).

La partie la plus dure de ces règles était le concept d' "aucun arrêt". L'arbitre reste a côté des combattants et les relèves lorsque les combattants arrête d'attaquer.
Dans le premier round du "World Mega-Battle Tournament", les fans ont même vu un arbitre relever les combattants alors qu'un des deux veniat à peine de se retrouver en montée.
Une fois arrêté, le juge relevait les combattants.
Ces règles du K.O.K ont créé un sport du combat où tous les concurrents sont forcé à être mobiles, et c'était très bien pour les spectateurs.


Les 16 premiers combattants, dans le tournoi Block A, ont combattu à l'évènement d'ouverture en octobre à Yoyogi No.2 Gymnasium. Dans cet évènement, les combattants tels que Antonio Rodrigo Nogueira, Dan Henderson, Jeremy Horn, Alistair Overeem, Renato "Babalu" Sobral, Mikhail Illoukhine, Hiromitsu Kanehara, Yoshihisa Yamamoto, et Brad Kohler ont testé leurs compétences sous les règles inventées par Maeda.

Le 22 décembre de la même année, à Osaka, dans les 16 autres concurrents dans l'autre évènement il y eu Renzo Gracie, Gilbert Yvel, Maurice Smith, Tsuyoshi TK Kosaka, Andrei Kopylof, Dave Menne, Tim Lajcik, Tariel Bitsadze, et Kiyoshi Tamura. Eux aussi ont goûté à ce nouveau fruit appelé les règles du K.O.K.

Il apparaît que tous les combattants, grapplers et strikers, ont aimé ce nouvel ensemble de règles. Les grapplers pouvaient effectuer maintenant un jeu d'échecs au sol, et les strikers pouvaient obtenir plus d'occasions de combattre debout. Un takedown n'était plus vraiment important sur la carte des juges.
Cependant le tournoi progressant jusqu'aux finales, la RINGS vît un problème: Trop de combats allés à la décision. Après tout, les fans préfèrent voir une victoire nette par KO ou par soumission, mais quand deux combattants très bons se rencontraient l'un l'autre avec ces règles, 2*5 minutes (avec possibilité d'un round supplémentaire) ce n'était pas assez long. Cependant, un combat de 5*5 minutes serait trop longs pour un tournoi, et 3 minutes sont trop courtes pour un round de MMA.
Maeda savait donc que des changements étaient nécessaires et il a rendu immédiatement effectif les changements de règles après les finales de ce tournoi.

La partie 6 n’est pas encore disponible, patientons…


Voila, monstrueux boulot de cesar, je ne fait que reporter ici son immense travail afin que toute la comunauté mma francophone en profite.
Revenir en haut Aller en bas
Lud
Le Grand Frère


Power : 2905
Age : 40

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mer 9 Avr 2008 - 13:59

Merci pour cette énorme traduction et merci de nous la faire partager.
C'est un plaisir de redécouvrir les débuts du MMA japonais, le début de ce qui nous a tant fait vibrer des années plus tard.
Je conseille vivement à tous ceux qui ont découvert le mma ces dernières années de prendre le temps de lire tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Zaraf



Power : 1445
Age : 30

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mer 9 Avr 2008 - 14:27

Superbe article !!! . Très beau portrait d'un type qui a voulu que le bien du sport avant celle de son organisation et surtout de son porte-monnaie. Les choses qu'il a réalisé sont vraiment extraordinaire, notamment d'aller défier Karelin malgré autant de blessures, et en étant presque certain de subir une cuisante défaite. 5 parties très intéressantes, j'attend avec impatience la 6ème


Un immense merci à Caesar pour cette trad', et à toi pour nous la faire partager
Revenir en haut Aller en bas
http://prideordie.com
Jegor



Power : 380
Age : 35

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mer 9 Avr 2008 - 15:24

merci pur ce boulot, c est super interessant, je decouvre plein de choses, je connaissais pas trop le parcours de maeda
Revenir en haut Aller en bas
Admin



Power : 11695

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mer 9 Avr 2008 - 19:57

J'ai pas fini de tout lire mais la 1ère partie est vraiment interressante! Merci de nous en faire profiter! Me tape la suite plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Cadash



Power : 26
Age : 41

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Ven 25 Avr 2008 - 23:04

merci

Tres instructif
Revenir en haut Aller en bas
Alistair



Power : 288
Age : 38

MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Mar 6 Mai 2008 - 13:50

J'viens de voir ce sujet! Enorme la trad! Un sujet très interressant et instructif! Merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Genèse du MMA, la Rings et Maeda   Aujourd'hui à 12:31

Revenir en haut Aller en bas
 
La Genèse du MMA, la Rings et Maeda
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» frolic et pellet
» Le D Ring, comment ont fait
» Plateaux elliptiques : achat groupé
» spigot ring p 38
» La genèse du P-51 Mustang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
France Fight :: MMA News :: News & Interviews-
Sauter vers: